Dia de los Muertos

La fête des morts au Mexique

Le Dia de los Muertos, ou la rencontre entre la Mort et la joie. Ancrée dans les traditions mexicaines depuis des millénaires, cette festivité mexicaine est source d’intrigue pour un grand nombre de cultures. Et pourtant, le Dia de los Muertos est célébré dans chaque Etat du Mexique, de Mexico City au plus petit village.

L’histoire du Dia de los Muertos

dia de los muertos au mexique

Le Dia de los Muertos, ou la fête des morts en français, est une période de festivités qui existe depuis plus de 3000 ans, initialement célébrée par les indigènes, les peuples Aztèques, Mixtèques, Texcoans, Zapotèques, et tous les autres peuples à l’origine du Mexique… La mort n’est alors pas symbole de fin, mais plutôt de renouveau, de commencement. Les peuples honoraient ainsi la déesse Mictecacihuatl, déesse de la Mort, lors de cérémonies ayant pour cœur la séparation de l’âme à son corps physique, et le début de son voyage vers le monde des morts. Ces festivités étaient rythmées de chants et de danses, dont on retrouve, à notre époque, une partie lors des célébrations annuelles de la fête des morts. De nombreuses offrandes sont également réalisées lors de cette période de festivités.

À l’origine, les populations indigènes ne croyaient ni au paradis, ni à l’enfer. Les âmes se rendaient à une destination différente selon la mort des défunts. Ainsi, les personnes qui mourraient d’une mort naturelle se dirigeaient vers le monde des morts, à Mictlán, tandis que les personnes sacrifiées, les femmes mortes en donnant la vie ou les guerriers morts au combat se rendaient à Omeyocan, domaine du Dieu de la Guerre. Se rendaient enfin à Tlalocan, royaume du Dieu de la pluie, les personnes dont la mort était en lien avec l’eau. C’est à chaque décès que les proches des défunts organisaient une cérémonie dans le but de guider l’âme vers Mictláan.

Ces croyances ont évolué avec l’arrivée des conquistadors espagnols et l’installation du christianisme dans les mœurs des Mexicains. Le Dia de los muertos mexicain s’est alors aligné aux dates de la Toussaint, les notions de paradis et d’enfer ainsi que des symboles chrétiens, comme les croix, ont également fait leur apparition. Peu à peu, une fusion des coutumes indigènes et des traditions chrétiennes a vu le jour, pour devenir le Dia de los Muertos que nous connaissons aujourd’hui.

La célébration du Dia de los Muertos

Le Dia de los Muertos est devenu un symbole de la culture mexicaine dans le monde entier. Cette fête est d’ailleurs inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. De nos jours, des autels en mémoire des proches défunts sont installés dans les maisons et les églises pour accueillir les âmes qui viennent rendre visite à leurs proches sur Terre, le temps des festivités. Les autels sont installés sur 7 étages, qui représentent les étapes nécessaires à l’âme pour trouver le repos éternel. Parmi les différents éléments présents sur les autels, on retrouve un portrait du défunt, des biens personnels, ainsi que des bougies et des fleurs de cempasuchil, blanches pour les enfants et oranges pour les adultes. On retrouve également des calaveras, les fameux crânes emblématiques sur lesquels on peut inscrire le nom du défunt, des décorations de papier appelées papel picado, le plus souvent en forme de crâne ou de squelette, de l’encens pour éloigner les mauvais esprits et, évidemment, des plats typiques comme le pan de muerto ou autres friandises pour les enfants, mais également des cigarettes, de la tequila ou de la bière pour les adultes. Les pan de muerto, ou pain aux morts, sont d’ailleurs dégustés uniquement pendant les festivités du Dia de los Muertos. Il s’agit de brioches parfumées pouvant avoir une forme d’os, et la plupart du temps disposées en forme de croix chrétienne.

calaveras dia de los muertos
dia de los muertos defile

Quelques calaveras colorées.

Un défilé du Dia de los Muertos au Mexique.

Lors des festivités, l’ensemble des bâtiments est décoré de fleurs et de couleurs en l’honneur des âmes qui se dirigent vers le monde des morts. La décoration a une place importante dans la tradition du Dia de los Muertos, puisqu’on pensait que cela aidait les âmes à trouver leur chemin après la mort. Les têtes de morts en sucre ou en plastique, les fameuses calaveras, les papel picado ou encore les plats traditionnels mexicains sont disposés sur les autels et tous les lieux où le Dia de los Muertos est célébré.

Quand a lieu la fête des morts mexicaine ?

La fête des morts au Mexique débute le 31 octobre. Cette nuit-là est dédiée aux angelitos, c’est-à-dire aux enfants morts, tout comme le 1er novembre matin qui est consacré au petit-déjeuner des angelitos, le reste de la journée étant également dédié aux « petits morts ». La journée du 2 novembre est ensuite consacrée aux adultes défunts, les nouvelles offrandes déposées sur les autels leur sont destinées et les Mexicains marchent d’un cimetière à l’autre, tout en jetant des pétales de fleurs et en allumant des bougies.

Des variations de dates peuvent avoir lieu selon les Etats ou les villes, mais l’ordre des rituels ne change jamais : ils commencent par les enfants, puis les adultes.

La fête des morts est célébrée dans tout le Mexique, en passant par Mexico City et Puebla. Des défilés de chars, de danseurs, de musiciens, et d’alebrijes aux mille couleurs ont lieu dans les villes. Les alebrijes sont des scultures colorées représentant des créatures fantastiques. Les mexicains se déguisent également lors du Dia de los Muertos pour élire la plus belle catrina du défilé.

catrina fete des morts mexique

Un déguisement de catrina.

L’origine de la Catrina mexicaine

La Catrina n’est pas, en soi, un élément indispensable d’un autel de la fête des morts. Néanmoins, la Catrina a pris une place importante dans la célébration du Dia de los Muertos puisqu’elle rappelle le côté festif et enjoué des Mexicains lors de cet événement.

La Catrina est représentée par un squelette féminin vêtue et portant généralement un chapeau. Ce symbole du Mexique est à l’origine inspiré de la Calavera garbancera, une représentation d’un buste de squelette féminin, portant un chapeau à fleurs. Au fil du temps, ce personnage est devenu un emblème de la fête des morts, et, plus largement, de la culture mexicaine.

autel dia de los muertos
catrina mexicaine
fete des morts mexicaine

La Fête des Morts à Marseille

Le Dia de los Muertos se célèbre également en France. La Maison de l’Amérique Latine (MALC) à Marseille vous accueille pour célébrer dans une ambiance chaleureuse et conviviale cette festivité emblématique. Au programme : découverte de la culture mexicaine, dégustation de vins mexicains du Domaine Casa de Piedra et de recettes traditionnelles du Mexique. Partez à la découverte d’une des festivités mexicaines les plus symboliques, au côté du corps consulaire des pays de l’Amérique Latine. L’artiste Arturo Treviño sera également au rendez-vous. Un événement à ne pas manquer !

Lieu : Local de la MALC/AKDmia
3A rue des héros, 13001 Marseille

Date : Samedi 6 novembre 2021

La Fête des Morts à Paris

À Paris, cet événement de la culture mexicaine est célébré lors du festival de la Fête des Morts à Paris, organisé par Le Collectif Culturel Nadieshda. Cette année, la 19ème édition de la Fête des Morts à Paris aura lieu à  l’église Saint Merry dans le IVe arrondissement de Paris. Le festival déute le 25 octobre et s’achève le 1 novembre 2021.

À l’instar des années précédentes, le défilé de catrinas ainsi que l’installation d’autels des morts auront lieu. Préparez-vous également à des dégustations et buffets de produits de gastronomie mexicaine, avec le plus important festival européen de la Fête des Morts !

Lieux : Ambassade du Mexique, Institut Culturel du Mexique, Eglise Saint Merry, Maison de l’Amérique Latine, Parrot World, El Zokalo, Ground Control, Acqua e Farina – Paris.

Dates : Du lundi 25 octobre au lundi 1er novembre

Retrouvez l’intégralité du programme en cliquant ici.

Le jour des morts est ainsi une célébration de la mémoire des défunts et un rituel qui met en avant la mémoire, le souvenir des proches perdus, plutôt que leur oubli.